Tweet

l'arbre à bébés


vers un accompagnement respectueux de nos enfants.

Questionnement IEF

Questionnement IEF

Messagepar Debby » 27 Avr 2017, 12:37

Bonjour!

Je pense deviner ce que vous allez me répondre mais je crois que j'ai tout juste besoin de cheminer dans mon questionnement. ;)

La situation actuelle est ainsi: après une situation inimaginable avec violences psychiques, intimidations et manipulations quotidiennes des enfants dans une école Montessori de notre ville (l'école en question a ensuite était exclue de la fédération autrichienne Montessori - bref pas que des bagatelles), j'ai retiré abruptement mes enfants (beaucoup trop tard - mais là n'est pas le sujet) fin Novembre. A cours de solution et l'IEF étant interdit en Autriche au cours de l'année (on ne peut inscrire son enfant que pour l'année suivante jusqu'au 28 août de l'année en cours - chez nous, il y a un examen annuel obligatoire pour tous les enfants instruits en famille), je les ai mis dans la petite école publique du quartier, une école plutôt rurale dans la capitale, donc plutôt sympa d'attrait.

Les enfants se sont vraiment détendus au début, les traumatismes sont en partie toujours là mais je pense qu'ils ont regagné un peu de confiance dans les instituteurs et le personnel enseignant.

Pour ma fille de 10 ans, l'école élémentaire s'arrête là et les enfants peuvent continuer dans des écoles secondaires, un système très élitiste puisque la sélection se fait à 10 ans en Autriche: les bons vont dans les Gymnasium, les mauvais dans les Mittelschule. Bref, ma fille a réussi à entrer dans l'une des rares classes pour sportifs à haut niveau. Elle est une bonne patineuse sur glace, motivée mais surtout elle se régale. Elle a commencé très tard et rattrape avec persévérance et discipline son "retard". Ces classes particulières permettent normalement un suivi plus individuel des enfants et j'avais espoir que son cursus secondaire soit plus agréable que la normale. Le programme et le fonctionnement sont très semblables à celui des collèges et lycées.

Il y a deux choses maintenant qui me poussent à penser à nouveau à l'IEF:
_ ma fille s'ennuie à l'école. Elle a, à cause de son parcours Montessorien, un niveau bien plus élevé que les autres (mais pas plus intelligente, hein!) , elle est vive et intéressée et se morfond pendant les cours.
_ la classe où elle est attendue en Septembre est ultra compétitive. Elle a non seulement besoin de résultats dans sa discipline mais aussi d'avoir un excellent niveau dans d'autres disciplines sportives, ce qu'elle n'a pas du tout et qu'elle n'est pas prête d'avoir étant donné que ce n'est pas vraiment un 100m qu'elle court à la patinoire... Bref, j'ai vraiment peur, qu'elle soit dégoûtée, par la suite aussi du patinage artistique, qu'elle passe à nouveau une année à attendre la fin de l'année (ce qu'elle fait depuis 4 ans) pour entrevoir une autre possibilité...

Quant à mon fils, c'est beaucoup plus simple:
_ il s'ennuie comme un rat mort en CE1. Comme il savait écrire, lire et calculer depuis la maison des enfants, on lui demande de tout refaire alors qu'il sait. On lui demander d'écrire en minuscules d'imprimerie pour s'exercer pour les minuscules cursives, alors qu'il sait écrire et en cursif et en imprimerie. Bref, il n'est pas non plus particulièrement intelligent, il a juste eu l'offre dés son plus jeune âge. Du coup, non seulement il souffre de traumatismes
à cause de l'école précédente mais en plus, il est en train de perdre son intérêt pour tout ce qu'il aimait. La maîtresse lui dit qu'il est mauvais en allemand (= français), alors qu'il ne comprend tout simplement pas pourquoi il doit décrire un chat avec un pullover rayé alors qu'il existe des dinosaures ou des explorateurs... Bon c'est schématique, ce que je dis et je pense que parfois les enfants doivent faire ce qu'on leur demande mais parfois cela dépasse mon entendement. Disons que s'il était content, je le laisserai. Mais il s'ennuie tellement qu'il en devient créatif et rarement dans le sens de la maîtresse... :-) A la maison devant ses devoirs, il me dit: "de toutes façons, je suis nul en allemand." Et pour les soustractions, il me dit "mais je connais le résultat, pourquoi je dois tout réécrire." Et ils s'allonge sans motivation sur son bureau. Il est en train de rentrer dans le groupe des élèves en situation d'échec malheureusement alors qu'il est au-dessus du niveau. Ils ont pensé à le faire sauter d'une classe mais bon son comportement exclu cette solution (je suis d'accord).

Alors un an plus tard, je réenvisage l'IEF. Je suis de toutes façons formée et entre temps formatrice donc pas de problèmes de ce côté-là. Je suis plus sereine parce que cette fois-ci au bout il y a l'école que nous sommes en train de monter avec deux amies. Donc cela ne serait que pour un an. En même temps, je trouve tant de choses absurdes et pas seulement que dans le système publique (!), que je rêve d'une vie où on apprend avec joie et interêt au rythme des saisons et pas à celui des humeurs d'un instit. Professionellement cela irait pour moi, car je pourrais continuer à travailler. Et pendant que je les accompagnerai, je peux tout simplement me préparer pour la rentrée 2018. Quelque part, je l'ai ma réponse...

En même temps, j'ai peur parfois... peur de dire non à une école où tant d'enfants espèrent une place, peur du jugement des autres, peur d'avoir l'impression de devoir me justifier et parfois aussi peur d'aimer tellement cela que je ne pourrais plus retourner en arrière... :-)
L'IEF chez nous, c'est en fait IPLM "instruction par la mère" ou comme mes enfants disent la Mama-Schule. Mon mari nous soutiendra de loin et financièrement, je n'aurais pas de soucis. Mais je serais la seule à porter tout cela (avec 2 autres enfants entre 2 et 4 ans).

Je vous suis reconnaissante pour vos expériences, vos avis, vos idées!
Debby
 
Message(s) : 85
Inscrit le : 28 Déc 2014, 13:09

Re: Questionnement IEF

Messagepar lamoutonne » 28 Avr 2017, 08:37

est-ce que tu as déjà rencontré des homeschoolers de ta région? je pense que l'ief est très différent en autriche que ici en france...
je sais qu'il y a bientôt une rencontre proposé par une association IEF autrichienne, dans un parc viennois. j'y serais peut être aussi, pour voir 8-)

l'école de sport pour un enfant dont le sport n'est pas le sens de la vie ne me semble pas une si bonne idée - si rien n'a changé depuis mon adolescence, la pression est incroyable. pas seulement concernant la performance, mais aussi d'être la plus mince, la concurrence entre les enfants etc.
juste parce que c'est élitaire ne veut pas dire que c'est bon ou agréable pour les enfants. c'est une questions de priorités. tu ne prends rien a personne si tu déclines cette offre.
perso, je ne mettrais jamais mes enfants dans une école comme ça, mais perso je ne les mets pas a l'école tout court, du coup ce n#'est probablement pas mon opinion qui va t'aider... ;) :lol:

pour l'inspiration j'aime beaucoup lire des blogs américains, il y a a prendre et a laisser, mais surtout coté organisation, attitude et doutes quotidiennes on trouve plein de choses intéressantes.

bon courage!
lamoutonne
 
Message(s) : 207
Inscrit le : 11 Mai 2015, 16:53

Re: Questionnement IEF

Messagepar Lulu » 28 Avr 2017, 14:09

C’est tellement personnel tout ça, ça touche à l’intime. Debby, je vais te donner mon point de vue forcément biaisé, même très biaisé, pourquoi ? Parce que j’aimerais pouvoir faire l’IEF, et je vais d’ailleurs me lancer plus ou moins l’année prochaine avec mon petit dernier qui ne sera pas scolarisé et qui aurait dû intégrer une école Montessori. Comparer une école Montessori et l’IEF, comme le dit une amie, c’est un peu comme comparer les maternités alternatives (appelées trompeusement en France « maison de naissance ») et l’AAD ;). Pour nous la solution sur le long terme sera sûrement un 3-6 à temps partiel ou même très partiel dans une école Montessori et le reste à la maison tout en continuant à travailler (on va apprendre à jongler sur un fil très fin donc).
Je rêve de faire une formation Montessori … Je ne sais pas si tu as vu, je me lance dans la fabrication de matériel après avoir lu Maria Montessori en long et en large. Je suis très motivée ;)
Pour moi, les raisons qui font que je ne suis pas à 100% en IEF, sont que nous avons choisi un niveau de vie qui est assuré par deux salaires égaux, et que si on devait perdre la moitié de nos revenus, le déménagement et les changements que cela impliqueraient nous semblent insurmontables (et accessoirement, j’aime mon boulot, même si je pourrais faire une pause de quelques années). Pourtant je pense que les barrières sont ailleurs, mais je préfère mettre la tête dans la sable en attendant ...
Pourquoi le regard des autres te gêne ? Peux-tu m’en dire plus à ce sujet ? Je trouve que c’est très difficile de faire différemment avec ses enfants ou dans sa vie, mais une fois qu’on est lancé, c’est plus facile non ? Toi tu as déjà une magnifique formation, quelle chance pour tes enfants ! Y-a-t-il des personnes dans ton entourage qui t’envoient des ondes négatives ?
Il me semble que tu aimerais que tes choix se fassent tous de manière positive. Parfois, on a à faire des choix par défaut … et choisir la moins pire des solutions. L’IEF ne se choisit pas toujours joyeusement. Seulement, quand on a rejeté le système traditionnel, il est parfois impossible d’y retourner, on est trop « éveillé », comme tu le sais trop bien.
Il me semble que clairement le choix de l’instruction en famille est le plus adapté pour tes enfants, qui sont déjà « hors-système » et qui ne bénéficieront pas du système, même aménagé, ce système tellement prompt à mettre des étiquettes aux enfants et à les faire entrer dans des cases pour passer les plus fragiles à la moulinette.
Quant à ton épanouissement à toi … c’est une autre histoire … Je ne sais pas si tu t’épanouiras en instruisant tes enfants … toi seule peut savoir ce qui va vraiment être en jeu pendant une année. Quant à ne pas pouvoir retourner en arrière, seule l’expérience te le dira (mais je vois exactement ce que tu veux dire ;) )
Pourquoi ne pas envisager une année OFF pour tout le monde ? Si tes enfants ont déjà le niveau et plus que le niveau – et tu n’as pas à t’excuser pour ça, on dirait à te lire que cela t’embête, sans doute une image que te revoit le système encore une fois – que leur élan vital a été préservé – il n’est peut-être pas important de proposition une instruction élémentaire, mais juste prendre le temps de panser les blessures et de proposer du unschooling. Cela va demander énormément d’énergie quoiqu’il arrive. Comme le suggère Lamoutonnne, il faudra sans doute que tu te rapproches d’autres familles IEF pour avoir du soutien et te sentir entourée. C’est très important il me semble !
En tous les cas félicitations pour ton projet d’ouverture d’école ! Bon cheminement …
Avatar de l’utilisateur
Lulu
 
Message(s) : 384
Inscrit le : 25 Nov 2014, 15:05

Re: Questionnement IEF

Messagepar leagrhum » 01 Mai 2017, 19:45

Pour le regard des autres, se justifier. Moi aussi je craignais ça et c'est pas mon truc d'argumenter, de me défendre toujours. Mais en fait je n'ai jamais eu à la faire trop fort. Les personnes sont généralement plutôt intéressée et quand je le sens pas je reste très évasive, en disant qu'on se laisse le droit de changer d'avis, que c'est pas figer... Mais le regard est peut être différent en Autriche.
Bonne réfléxion!!
Anne, maman de V (déc 2011), de P (déc 2016) et de L (sept 2018)
leagrhum
 
Message(s) : 1678
Inscrit le : 14 Nov 2014, 12:46

Re: Questionnement IEF

Messagepar Malinka » 02 Mai 2017, 15:06

la classe où elle est attendue en Septembre est ultra compétitive. Elle a non seulement besoin de résultats dans sa discipline mais aussi d'avoir un excellent niveau dans d'autres disciplines sportives, ce qu'elle n'a pas du tout et qu'elle n'est pas prête d'avoir étant donné que ce n'est pas vraiment un 100m qu'elle court à la patinoire... Bref, j'ai vraiment peur, qu'elle soit dégoûtée, par la suite aussi du patinage artistique, qu'elle passe à nouveau une année à attendre la fin de l'année (ce qu'elle fait depuis 4 ans) pour entrevoir une autre possibilité...


Et elle ne peut pas y aller, commencer la rentrée et voir comment ça se passe et arrêter si ça ne va pas?? ( sans trop culpabiliser - sinon quoi? on est complètement prisonnier, on a pas droit à l'essai, à l'erreur...)
parce que oui ça a l'air très hard ( c'est pas comme les classes CHAM en France ? classes à horaires aménagées - où l'enfant peut concilier sport / musique et scolarité - mais en se concentrant sur son unique discipline il me semble)
donc voir si ça lui convient ou pas, serait envisageable? Parce que si c'est pour passer une année de calvaire...

c'est pas très confortable effectivement face à l'institution, aux autres familles qui te diront : "si tout le monde fait comme vous, blabla bla" - bref qui feront tout pour bien te faire culpabiliser, te faire sentir égoïste etc.
oui c'est dur le regard, le jugement des autres...Surtout quand on assume pas complètement ses choix en fait ( pfff plus facile à dire qu'à faire - surtout quand on doute la plupart du temps - mais ça peut être bénéfique parfois d'arrêter de douter, de trancher)

Il est en train de rentrer dans le groupe des élèves en situation d'échec malheureusement alors qu'il est au-dessus du niveau. Ils ont pensé à le faire sauter d'une classe mais bon son comportement exclu cette solution (je suis d'accord).

je ne comprends pas du tout, son comportement n'est- il pas plutôt la conséquence de sa situation scolaire ? Et pourquoi ne pas envisager qu'il ait des facilités ( ce qui ne veut pas dire " plus intelligent")? facilités = ennui = "indiscipline" souvent
le coup de la description du chat : c'est une réaction tout à fait naturelle et intelligente : il pointe l'absence - de façon intuitive certainement - d'enjeu communicatif essentiel à tout apprentissage linguistique

Et pour les soustractions, il me dit "mais je connais le résultat, pourquoi je dois tout réécrire."
ça semble typique des enfants qui ont un raisonnement ultrarapide et qui du coup ont du mal à expliquer leur cheminement

en tout cas, cette année a l'air d'être la bonne pour tenter l'expérience, si tu sens que ça te convient à toi, à tes enfants...qu'avez -vous à perdre??

bon courage!! tiens nous au courant!!
Malinka
 
Message(s) : 343
Inscrit le : 05 Déc 2014, 22:03

Re: Questionnement IEF

Messagepar Debby » 04 Mai 2017, 13:29

Bonjour à toutes et merci infiniment pour vos réponses qui m'aident à y voir plus clair!

Malinka:
_ le système veut qu'on ne peut pas retirer un enfant en milieu d'année scolaire. Par exemple, cette année, j'étais obligée de les mettre à l'école publique ou dans une autre école, interdiction de les laisser à la maison. Du coup, c'est quand même assez risqué étant donné que cela pourrait être la 3ème année consécutive pour elle qui se passe mal... :-( Donc non, on a pas le droit à l'essai, ni a l'erreur si on n'a pas de plan B avec une autre école (et je n'en ai pas...) Moi je viens d'une classe CHAM justement pour la musique... :-) Je pense que sa classe est bien plus hard vu que nous habitons dans la capitale et qu'il s'agit des meilleurs sportifs de la région voir du pays...
_ je suis bien d'accord avec toi par rapport à l'ennui. Je viens de recevoir un avis comme quoi il devait aller voir la psy scolaire. Je lui ai demandé ce qu'il en pensait, etc. Et à un moment, il m'a dit: mais tu sais comme c'était bête les devoirs aujourd'hui? Tu veux voir? Et oui, c'était vraiment bête et insensé.
_ En fait, il n'est pas ultrarapide et il sait expliquer son cheminement. C'est juste qu'il l'a déjà fait tout simplement...

Leagrhum:
_ le regard est différent en Autriche car les enfants doivent passer un examen en fin d'année

Lamoutonne
_ fais-moi signe si tu passes à Vienne!
_ concernant le sens d'une vie: je doute qu'il nous soit possible, non seulement à 10 ans mais aussi à mon âge de savoir quel est le sens de ma vie... En tout cas, c'est l'un de ses raisons d'être heureuse et joyeuse. Elle veut continuer, atteindre les grandes compétitions, alors quelque part, elle a la volonté nécessaire... Etre mince n'est heureusement pas un critère, c'est une grande chance. La classe est mixte, non seulement garçons / filles mais aussi toutes sortes de sportifs. Elle est la seule patineuse de son année.
_ je pense aussi qu'en effet, nous avons une vision différente de l'apprentissage... je pense que l'école peut être un lieu de vie, d'apprentissage de la vie et du déploiement des potentiels de chacun... je n'ai pas encore trouvé cette école. En même temps, j'en suis au début de mon cheminement et toi complètement ailleurs puisque tu pratiques depuis longtemps...

Lulu, je te réponds plus tard... merci beaucoup pour ton message!
Debby
 
Message(s) : 85
Inscrit le : 28 Déc 2014, 13:09

Re: Questionnement IEF

Messagepar Debby » 23 Juin 2017, 12:44

Bonjour!

Je voulais juste passer pour vous dire que mon mari et moi avons pris la décision de laisser nos deux enfants aînés en ma compagnie l'année prochaine et de faire de l'instruction en famille. Je ne pensais pas qu'une décision entraîne tant de réactions allant du soutien, de la compréhension - même de la part de personnes desquelles je n'aurais jamais attendu... - jusqu'à l'incompréhension totale et hochements de tête.

Mes amies se soucient de mon temps et le plus souvent me soutiennent, il y a en a qui sont aussi enthousiastes, mes collègues Montessoriens me comprennent, ma famille, c'est mitigé, mon père compréhension totale concernant le refus du système scolaire, ma mère, incompréhension totale, mes frères et soeurs mitigés et puis il y a la directrice de l'école primaire de mes enfants qui m'a offert sa reconnaissance et sa compréhension et qui m'a confié qu'elle souffrait elle-même des structures dictées par le ministère et qui m'a dit de la contacter si j'avais besoin d'aide! Bref c'est l'océan émotionnel en ce moment pour moi.

Je ne savais pas que la décision de retirer ses enfants du système scolaire dévoilait tellement les besoins et sentiments de chacun. Moi je surfe sur les vagues de la CNV car les sentiments sont très forts, dans tous les sens: le bonheur, se sentir liée à quelqu'un, se sentir en connivence, se sentir comprise et acceptée, se sentir à sa place, sentir qu'on enrichit la vie des autres et aussi de la déception, de la tristesse, quelque fois de la peur de ne plus appartenir à un groupe, le doute de prendre une décision qui enrichira la vie de mes enfants.

Tout est donc officiel, ils sont pour le moment désinscrits avant de les inscrire pour l'instruction en famille. Ils sont heureux tous les deux. Quelque fois, j'ai peur de ne plus jamais pouvoir revenir en arrière tant la liberté nous sourit, tant les murs tombent au fur et à mesure que nous nous rendons compte qu'il n'y a plus d'école...

Tout ce qu'on peut faire quand il n'y a plus d'école, c'est tout simplement incroyable. Je ne savais pas que je vivais dans un tel cloisonnement (que ce soit le système public ou privé), je ne savais pas qu'on se coupait tellement de la vie quand l'école commençait. Alors c'est un cadeau drôlement précieux que je reçois en ce moment, de voir que les limites n'existent que là où je les mets et que tout réside dans notre capacité à voir les richesses qui nous entourent.

En tout cas, merci à vous toutes, parce que je chemine depuis longtemps avec cette idée et votre écoute m'a beaucoup aidée.
Debby
 
Message(s) : 85
Inscrit le : 28 Déc 2014, 13:09

Re: Questionnement IEF

Messagepar GreenMummy » 29 Juin 2017, 22:04

/3 /3 /3 /3
Debby, je n'ai pas participé à la discussion, mais lire ton message m'émeut beaucoup.
Je suis très heureuse que ton époux et toi ayez pris une décision qui t'enthousiasme autant, malgré la peur et les doutes.
Je suis moi-même en IEF avec mon petit (seulement 3 ans, mais je n'ai absolument aucune intention de le mettre à l'école à 6 ans) et lire ta motivation et ta prise de conscience si enthousiaste me conforte dans mes propres choix. :P
BON COURAGE pour la suite et surtout beaucoup de BONHEUR!
:fleur
GreenMummy
 
Message(s) : 39
Inscrit le : 29 Fév 2016, 17:38


Retour vers Accompagner l'instruction, à l'école, à la maison

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité